www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Landes.

*

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Commissions (CAPD, CTSD, CHSCT, CDEN)  / CTSD 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
8 novembre 2019

CTSD du 7 novembre : bilan de rentrée

Notre déclaration a notamment mis l’accent sur la souffrance au travail ; le DASEN nous accuse de noircir le tableau. Voici les points qui ont été abordés au cours de ce CTSD.

AESH et PIAL A propos des AESH, les défauts de paiement sont, selon l’administration, exceptionnels et concernent des personnels recrutés au-delà de la date de déclenchement des paies. Les services ont été attentifs à répondre au cas par cas. La baisse des quotités serait marginale et dans des proportions relatives. Les PIAL offrent une flexibilité pour suivre les élèves mais pas une flexibilité des horaires de travail. C’est la première rentrée. Par la suite les AESH seront déjà sur site pour accueillir les élèves et cela permettra un accompagnement plus rapide. Le DASEN estime que la description faite par les syndicats ne correspond pas à la réalité car elle est trop négative. Il admet une rémunération « modeste » du fait de la quotité à 64 % et « on devrait pouvoir remonter » ces quotités à l’avenir. Une rémunération existe pour les coordinateurs PIAL, plus avantageuse dans le département qu’au niveau académique.

ULIS ET INCLUSION La réflexion avec le Conseil Départemental pour l’ouverture de structures supplémentaires va s’ouvrir. Il y a toujours un décalage entre les moyens et les besoins mais la question n’est pas laissée de côté. La FSU est revenue sur la problématique de l’inclusion et notamment des profils psychologiques particuliers. Les personnels sont souvent démunis et en difficulté pour accueillir ces élèves dans des classes déjà chargées. Finalement, le Ministère de la santé a opéré un transfert de la prise en charge de ces élèves vers le Ministère de l’Education Nationale : des places en IME, en ITEP ont été fermées suite à la loi de 2005. Il y a aussi moins de places en SEGPA. L’inclusion n’a pas été accompagnée de suffisamment de moyens. Pour le DASEN, il faut être juste et équitable, ces élèves ont droit à la scolarité. Il propose donc de donner des HSE pour faciliter l’inclusion des élèves dans les établissements et sur les niveaux en tension sur le plan des effectifs.

INCIVILITES, VIOLENCES Les directeurs et chefs d’établissement ont été incités à mieux signaler les faits. A la demande de la FSU auront lieu des groupes de travail réunissant les représentants syndicaux au cours desquels les indicateurs sur cette question seront fournis par l’administration. Le premier devrait avoir lieu en janvier. Le DASEN reconnaît que le vécu quotidien ne remontera pas, c’est pourtant souvent la base de la souffrance. Il est important de réfléchir ensemble à la question large du climat scolaire. La FSU intervient sur le fait que le CHSCT manque d’efficacité et de réactivité. Par exemple, une situation ayant été signalée par une fiche SST n’a pas été traitée ; or un accident a eu lieu dans cette même école sans même qu’une enquête administrative ait été diligentée. Monsieur Tauziet, référent départemental sur les questions de violence scolaire indique que lorsque des faits sont saisis par les chefs d’établissement dans l’application « faits établissements » il est possible de cocher la case « demande d’accompagnement », pour des faits graves. La DSDEN déclenchera alors une procédure. La FSU rappelle que l’accélération des réformes dégrade fortement les conditions de travail des personnels. Le DASEN confirme la disparition des CHS-CT et la remise en cause des compétences des CAP mais tient à garder des discussions avec les syndicats au niveau départemental. Au sujet de la direction d’école, il informe qu’un questionnaire est en cours d’élaboration au niveau national.

PREMIER DEGRE Le DAESN explique que les prévisions sont optimistes par rapport au constat, ce qui permet d’avoir un meilleur taux d’encadrement.

La FSU est intervenue à propos de l’IME de Mont de Marsan et de sa situation inacceptable, qui ne serait d’ailleurs tolérée dans aucun autre établissement : celui-ci doit en effet fonctionner avec 3 ou 4 enseignants pour 5 dispositifs depuis de nombreuses semaines. Le DASEN répond que la situation va être réglée en se rapprochant du service qui gère le remplacement…

Pour la prochaine rentrée, il y aurait 593 élèves landais en moins dans le premier degré or une forte augmentation est prévue en Gironde ce qui augure d’une carte scolaire très tendue dans les Landes. Le DASEN dit espérer limiter les suppressions de poste et améliorer le taux d’encadrement grâce à cette baisse d’effectif.

 

26 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU des Landes 97, place de la caserne Bosquet, 40000 MONT DE MARSAN Tél : 05 58 933 933 Email : snu40@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Landes., tous droits réservés.