www.snuipp.fr

SNUipp-FSU des Landes.

*

Thèmes abordés


Vous êtes actuellement : Métier 

fontsizeup fontsizedown Enregistrer au format PDF impression s'abonner  à la rubrique {}
30 juillet 2019

Les enseignants sont capables de penser leur travail 

Un 4-pages a été rédigé avec dix organisations qui affirment que lire c’est comprendre.

A la fin des années 60, ont été publiées les premières études statistiques sur la lecture en France. Alors que la méthode syllabique régnait sans partage, on a découvert que 53% d’adultes étaient « non lecteurs », dans le sens où ces Français adultes reconnaissaient n’avoir jamais ouvert un livre depuis leur sortie d’école ; de même, un appelé du contingent sur deux se révélait incapable de comprendre un article de presse très simple. Aucun « argument d’autorité » s’appuyant sur une partie de la recherche scientifique ne peut convaincre les praticiens qu’un simple retour aux bonnes vieilles méthodes serait la clé de la réussite de tous les élèves.

Le SNUipp-FSU vient de contribuer à un 4-pages, avec dix organisations qui affirment que lire c’est comprendre.

Dix organisations d’une même voix répondent que lire ne se limite pas à décoder ou à oraliser le plus rapidement possible. Apprendre à lire est une opération complexe et lire c’est comprendre. La publication décrypte les prescriptions ministérielles, en les confrontant aux travaux de la recherche. Elle revient sur la complexité de cet apprentissage et le rôle crucial qu’ont les enseignantes et enseignants des écoles pour concevoir les apprentissages. Elle veut aussi les conforter dans leur professionnalité : les enseignants en s’appuyant sur la formation, la recherche, le travail collectif sont les plus à mêmes à construire leur pédagogie pour adapter les apprentissages aux besoins de leurs élèves.

Cette publication donne un argumentaire qui permet d’expliquer aux parents que l’acte de lire n’est pas si simple et dans le même temps de dénoncer les discours ministériels. 

Issue de la réflexion collective de nos organisations, elle se propose de faire le point sur l’apprentissage de la lecture, en contrepoint des préconisations ministérielles. La façon de considérer l’acte de lire et d’écrire constitue un choix politique qui doit répondre à la question centrale : quelle école voulons-nous, pour quelle société et quels citoyens ?

Faire vivre la liberté pédagogique pour faire réussir tous les élèves La maîtrise des fondamentaux, enjeu de l’école du XXIème siècle ? Les études internationales montrent que le logiciel ministériel est bel et bien frappé d’obsolescence. En effet, les savoirs de base comme le déchiffrage sont bien maîtrisés par les élèves français. Par contre, les savoirs de haut niveau comme la compréhension de l’implicite le sont beaucoup moins, en particulier pour les élèves des classes populaires. Loin de leur proposer l’accès à une culture commune, l’école des fondamentaux leur refuse l’accès au sens, indispensable à la réussite future et à l’exercice de la citoyenneté.

La circulaire de rentrée 2019 donne le « la » de cette école à l’ambition au petit pied. Il s’agit surtout de mettre la profession au pas. La cadence est donnée par cinq nouveaux « guides des bonnes pratiques » qui tiennent lieu de partition injonctive. En point d’orgue, la maternelle est promise au retour d’une primarisation qui ne manquera pas de générer de l’échec prématuré. A la baguette, les corps d’inspection sont mobilisés pour mettre en musique avec autorité le petit guide orange CP et autres recommandations ministérielles qu’un pilotage hiérarchique renforcé présente comme un solfège réglementaire. Les visites de classe sont appelées à se multiplier, dévoyant l’accompagnement de ses visées formatives pour en faire un outil de contrôle de conformité à des partis-pris contestables.

Une telle caporalisation des enseignantes et des enseignants permettra-t-elle à l’école de chanter juste l’air de la réussite de tous ? Il est permis d’en douter à la lecture de la récente enquête TALIS qui dévoile le défaut de formation au sein d’un système éducatif français, placé en dernière position des 48 pays analysés.  Or, de nombreuses études rappellent que le meilleur impact sur la réussite des élèves relève de l’exercice d’une pleine professionnalité enseignante et par là d’une solide formation initiale et continue, adossée à la recherche. Ainsi, la capacité à effectuer les retours d’informations immédiats auprès des élèves au cours du processus d’apprentissage, l’explicitation des stratégies méta-cognitives, l’organisation et la mise en place de tutorat par les pairs et d’apprentissage collaboratif en groupe-classe sont des leviers puissants mais qui ne relèvent pas de l’improvisation.

Des pistes ambitieuses qui ouvrent bien d’autres perspectives que le triptyque officiel évaluation standardisée, remédiation uniformisée et individualisation forcenée, claironné par le ministre.

 

22 visiteurs en ce moment

*Top SNUipp-FSU des Landes 97, place de la caserne Bosquet, 40000 MONT DE MARSAN Tél : 05 58 933 933 Email : snu40@snuipp.fr
©Copyright 2006 - SNUipp-FSU des Landes., tous droits réservés.